L’axe 1 du projet CHispa: « Intellectuels entre deux mondes »

Cet axe du projet ANR CHispa étudie les conditions dans lesquelles la pensée et les idées ont circulé entre l’Europe et les Amériques durant le vingtième siècle, notamment durant les principaux conflits de ce siècle. A partir de quelques « cas d’études », ceux d’espagnols exilés dans les Amériques à partir de 1923, il s’agit de comprendre de quelles façons ces figures ont influencé l’émergence et la genèse de projets (ou courants) culturels novateurs.

Pour étudier ces mécanismes dans le détail, CHispa a proposé d’observer parallèlement deux « study case » originaux, deux cas d’exils en contextes de conflits. D’un côté, un mouvement allant de l’Europe vers l’Amérique latine (Rio de la Plata notamment) durant les années 1923 à 1939 et, de l’autre, un mouvement allant de l’Amérique latine vers l’Europe durant les années 1973 à 1985. Dans les deux situations, nous nous attachons au cas particulier de celles et ceux qui ont entouré les artistes de renom et qui ont contribué, à l’ombre de ces personnalités illustres, à mettre en contact les cultures de leurs pays d’origine avec celles de leurs pays d’accueil en diffusant œuvres et idées dans chacune de leurs aires d’influence. Le rôle des « stars » de l’époque (Supervielle, Lorca, Dali, Picasso, etc.) a fait l’objet de nombreuses études, mais nous nous sommes rendus compte que la critique a peu étudié celui de ces figures de l’ombre, de ces « passeurs » dont les archives regorgent pourtant d’informations et que nous avons choisi de d’appeler des « satellites » (Idmhand, 2015).

Pour étudier ce groupe de « satellites », nous construisons actuellement une méthodologie qui prend appui sur les trois « cas d’école » suivants: les archives de José Mora Guarnido, de Carlos Denis Molina et de Carlos Liscano, et qui repose sur quatre principes:

  • la connaissance fine des personnalités étudiées par l’analyse de leurs itinéraires, de leurs œuvres et l’organisation rigoureuse de leurs archives ;
  • l’utilisation simultanée de deux types d’outils critiques et théoriques adaptés aux documents étudiés : les méthodes des herméneutiques « traditionnelles » et les méthodes computationnelles ;
  • l’approche scientifique « inter » et « trans »-disciplinaire ;
  • le respect absolu des normes et standards dans tous les aspects « numériques » de l’étude (numérisation, construction/édition des métadonnées, construction des bases de données, etc) afin de faciliter l’archivage, la sauvegarde de l’information et sa réutilisation.

Ainsi mis en œuvre, ces principes ont nourrit ma construction des différents résultats livrés par ce projet et contribué à la construction de nouvelles méthodes pour les sciences du texte et plus particulièrement, pour l’étude d’un grand corpus d’intellectuels satellites  par les collaborations scientifiques internationales (voir https://chispa.hypotheses.org/315)