Archives de catégorie : On a testé pour vous …

Dans cette toolbox, l’équipe CHispa vous propose ses retours d’expériences ! Nous testons des outils numériques et partageons avec vous nos expertises !

N’hésitez pas à réagir à cet état de l’art!

On a testé pour vous … le logiciel pilote IKONIKAT et l’analyse collective d’images…

On a testé pour vous … le logiciel pilote IKONIKAT et l’analyse collective d’images…

Dans le cadre de nos recherches, et en lien avec les réflexions sur les moyens de valoriser  les Arts performatifs par le numérique, nous avons réalisé une analyse d’images collective le 2 novembre 2015, à la Plaine Images de Tourcoing (Imaginarium) à partir du logiciel pilote IKONIKAT. Développé par le sociologue Mathias Blanc (coordinateur de l’ANR VISUALL) en partenariat avec le centre de recherches IRHIS (Lille3) et l’équipe du Plateau SCV (Sciences et Cultures du Visuel), Ikonikat est une application informatique qui a été pensée pour l’analyse d’images fixes : son concept, innovant, consiste à visualiser d’abord une image en groupe, puis à l’annoter et enfin à échanger, entre participants, sur l’expérience réalisée. Ce test était également le premier pour l’équipe VISUALL.

Pour notre test, nous avons sélectionné une série de photographies issues du fonds d’archives Carlos Denis Molina (1916-1983). Voici nos impressions à partir de l’analyse de l’une d’entre elles :

  • Cadre de l’expérience :

Nous avons travaillé à partir d’un écran tactile de très grande dimension et d’une tablette : l’outil Ikonikat a été prévu pour les deux dispositifs. La salle, totalement obscure permettait une bonne immersion des participants dans l’image. Ce sentiment est d’ailleurs renforcé par le fait que le grand écran soit posé au sol, ce qui permet un rapport de visualisation singulier.

Visuall1 Visuall2

  • Prise en main :

Après une brève explication de Mathias Blanc sur l’utilisation pratique d’Ikonikat, nous avons rapidement pris en main l’outil qui s’avère ergonomique et aisément manipulable. Sans verbaliser sa démarche, chacun a alors pu annoter l’image au moyen des outils disponibles : des droites, afin de dessiner des lignes de force, et des courbes afin de délimiter les zones faisant sens selon chacun et pouvant ensuite être détourées.

  • Échanges :

Après l’étape de visualisation et d’annotation (l’ensemble est relativement rapide), les échanges entre participants se sont avérés nombreux et intéressants. Malheureusement, ils n’ont pas fait l’objet d’un enregistrement et nous pensons que cela devrait être envisagé lors d’une prochaine expérimentation !

L’annotation des images, collective et non-verbal, offre un gain de temps indéniable. En effet, dans le cas précis de cette analyse, un matériel photographique (il aurait pu s’agir d’une peinture), les participants agissent comme des spectateurs et en tant qu’analystes: cela permet de déterminer si la photographie visualisée répond à des règles de composition photographique et de le vérifier a posteriori, par une étude plus poussée. Dans le cadre de nos recherches sur le fonds photographique du dramaturge et metteur en scène Carlos Denis Molina, le test réalisé à l’aide d’Ikonikat étaye l’hypothèse d’un grand intérêt de celui-ci pour l’Art photographique.  Jusqu’alors, nous pensions que ces photos étaient le fruit de sa propre mise en scène mais avec Ikonikat, nous avons pu constater que les photos prises par le dramaturge relèvent d’un travail élaboré et sophistiqué de mise en scène artistique: derrière l’image, la figure d’un artiste photographe se dessine de toute évidence. L’application permet donc d’étayer, visuellement, l’hypothèse.

Cécile Chantraine Braillon, Laurent Passion

Nous remercions Mathias Blanc & Cécile Picard-Limpens. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions : cecile.chantraine@univ-valenciennes.fr

On a testé pour vous … Omeka et le développement d’une plateforme générique…

On a testé pour vous … Omeka et le développement d’une plateforme générique…

 

Lorsque CHispa a commencé ses travaux en 2014, une année de travail a été consacrée à comparer et à évaluer les différentes solutions de publications disponibles: développement ad-hoc ou CMS? Étant donnée la complexité à maintenir une plateforme ou un projet de développement, nous avions décidé, dès le départ, d’adapter, au moins partiellement, un outil de publication. En 2015, et devant le succès rencontré par le logiciel Omeka dont nous observions la croissance, nous avons décidé de nous associer avec d’autres projets de l’Institut des textes et Manuscrits Modernes (UMR8132) dans le but de développer une plateforme générique et modulaire destinée à accompagner l’édition numérique, et génétique, de manuscrits numérisés. Le projet e-Man a alors démarré et consisté en une expérience grandeur nature autour d’Omeka.

Pourquoi Omeka?

Parce que ce système de publication web s’est spécialisé dans l’édition de collections muséales et de bibliothèques numériques en ligne. Développé par une équipe de chercheurs du Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, États-Unis) il a eu pour but de faciliter l’édition en ligne des sources de la recherches grâce à outil facile à prendre en main. Pour l’équipe du Roy Rosenzweig Center for History and New Media, l’objectif était de permettre aux utilisateurs de « se concentrer sur le contenu et sur l’interprétation plutôt que sur la programmation ».

En effet, Omeka simplifie la vie de « l’éditeur »! Il lui permet de publier des contenus de façon simple et flexible grâce à une architecture adaptable qui, selon les besoins du projet peut être enrichie d’une série de modules (plugins) et personnalisée à l’aide de modèles visuels (templates). A priori, le logiciel semblait adapté à tous nos besoins.

Pourquoi une plateforme?

L’idée de plateforme visait à mettre au service du plus grand nombre de chercheurs et de projets, des développements réalisés au sein d’un laboratoire. La mutualisation avait du sens puisque la perspective de recherche était commune: la génétique et l’étude des processus de création.

Ainsi, le lancement de la plateforme éditoriale e-Man a immédiatement suscité l’intérêt et pour donner à connaître le fruit de nos premières expériences, un carnet de recherche a vu le jour pour permettre la diffusion de l’information : https://eman.hypotheses.org/ !

e-Man, Kezako?

Dans plusieurs présentations publiques, nous avons eu l’occasion d’expliquer notre utilisation d’Omeka dans le contexte de e-Man. Ils sont consultables en ligne sur HAL et Academia.edu.

La suite ici >>>