Lecture-performance « ULISES » : le 31 mars 2016 à 12h30

CHispa vous attend à Valenciennes le 31 mars 2016  à 12h30

Hall de la FLLASH

ULISES : Lecture-performance

escenografia-ulises-250-400

(Dessin scénographie ULISES. Crédits : Carlos Rehermann)

Proyecto Ulises est une lecture-performance proposée par la metteur en scène uruguayenne, Sandra Massera, en collaboration avec la danseuse et chorégraphe, Scheherazade Zambrano Orozco.  Elle nait du processus de remise en scène de la pièce de théâtre intitulée El regreso de Ulises (Le retour d’Ulysse, 1948) du dramaturge uruguayen Carlos Denis Molina dont CHispa a édité toutes les archives. Ce drame, inspiré notamment du théâtre mythologique français, constitue une transposition du mythe d’Ulysse de retour au domicile conjugal à travers la difficulté des retrouvailles et l’impossibilité de recomposer un foyer après l’absence.

Sandra Massera (1956) est une metteur en scène et dramaturge uruguayenne. Très reconnue en Uruguay et en Amérique latine, elle a obtenu trois fois le prix Florencio (dont le dernier en novembre 2015) pour la qualité de sa dramaturgie qui se caractérise par la précision textuelle et une profonde dimension poétique. Ses mises en scène se construisent autour d’une préparation minutieuse des acteurs, à partir d’un travail corporel et gestuel, d’une symbolique renouvelée des objets ainsi que d’une scénographie élaborée.

Scheherazade Zambrano Orozco est une chorégraphe et danseuse mexicaine. Diplômée du Centre de recherche chorégraphique de l’Institut National des Beaux-Arts de Mexico, elle a réalisé plusieurs résidences depuis 2011 dans différentes institutions culturelles du Nord Pas de Calais. Ses propositions artistiques inspirées de son expérience interculturelle explorent la thématique du «corps en limite». Elle a déjà réalisé plusieurs performances à l’Université de Valenciennes dont Plis et Vertiges ainsi que ChuTes tout récemment en 2015.

On a testé pour vous … le logiciel pilote IKONIKAT

….

Dans le cadre de nos recherches, et en lien avec les réflexions sur les moyens de valoriser  les Arts performatifs par le numérique, nous avons réalisé une analyse d’images collective le 2 novembre 2015, à la Plaine Images de Tourcoing (Imaginarium) à partir du logiciel pilote IKONIKAT. Développé par le sociologue Mathias Blanc (coordinateur de l’ANR VISUALL) en partenariat avec le centre de recherches IRHIS (Lille3) et l’équipe du Plateau SCV (Sciences et Cultures du Visuel), Ikonikat est une application informatique qui a été pensée pour l’analyse d’images fixes : son concept, innovant, consiste à visualiser d’abord une image en groupe, puis à l’annoter et enfin à échanger, entre participants, sur l’expérience réalisée. Ce test était également le premier pour l’équipe VISUALL.

Pour notre test, nous avons sélectionné une série de photographies issues du fonds d’archives Carlos Denis Molina (1916-1983). Voici nos impressions à partir de l’analyse de l’une d’entre elles :

  • Cadre de l’expérience :

Nous avons travaillé à partir d’un écran tactile de très grande dimension et d’une tablette : l’outil Ikonikat a été prévu pour les deux dispositifs. La salle, totalement obscure permettait une bonne immersion des participants dans l’image. Ce sentiment est d’ailleurs renforcé par le fait que le grand écran soit posé au sol, ce qui permet un rapport de visualisation singulier.

Visuall1 Visuall2

  • Prise en main :

Après une brève explication de Mathias Blanc sur l’utilisation pratique d’Ikonikat, nous avons rapidement pris en main l’outil qui s’avère ergonomique et aisément manipulable. Sans verbaliser sa démarche, chacun a alors pu annoter l’image au moyen des outils disponibles : des droites, afin de dessiner des lignes de force, et des courbes afin de délimiter les zones faisant sens selon chacun et pouvant ensuite être détourées.

  • Échanges :

Après l’étape de visualisation et d’annotation (l’ensemble est relativement rapide), les échanges entre participants se sont avérés nombreux et intéressants. Malheureusement, ils n’ont pas fait l’objet d’un enregistrement et nous pensons que cela devrait être envisagé lors d’une prochaine expérimentation !

L’annotation des images, collective et non-verbal, offre un gain de temps indéniable. En effet, dans le cas précis de cette analyse, un matériel photographique (il aurait pu s’agir d’une peinture), les participants agissent comme des spectateurs et en tant qu’analystes: cela permet de déterminer si la photographie visualisée répond à des règles de composition photographique et de le vérifier a posteriori, par une étude plus poussée. Dans le cadre de nos recherches sur le fonds photographique du dramaturge et metteur en scène Carlos Denis Molina, le test réalisé à l’aide d’Ikonikat étaye l’hypothèse d’un grand intérêt de celui-ci pour l’Art photographique.  Jusqu’alors, nous pensions que ces photos étaient le fruit de sa propre mise en scène mais avec Ikonikat, nous avons pu constater que les photos prises par le dramaturge relèvent d’un travail élaboré et sophistiqué de mise en scène artistique: derrière l’image, la figure d’un artiste photographe se dessine de toute évidence. L’application permet donc d’étayer, visuellement, l’hypothèse.

Cécile Chantraine Braillon, Laurent Passion

Nous remercions Mathias Blanc & Cécile Picard-Limpens. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions : cecile.chantraine@univ-valenciennes.fr