L’axe 2 du projet CHispa : « ULISES »

Ulysse à l’ère du Big Data ou comment exploiter les données issues des arts performatifs?

  • Vers une proof of concept

La valorisation et la visualisation des données produites sont des enjeux importants des projets réalisés au sein des Digital Humanities et des Digital Performances : la façon dont les contenus sont transmis joue un rôle crucial non seulement dans l’appréciation et l’usage du lecteur/utilisateur/internaute/usager, mais également dans la lecture des résultats et dans le type d’études scientifiques qui pourront être réalisées à partir de recherches et dont les résultats sont des « livrables » sous formats numériques. Pour cela, nous développons, au sein du projet ANR-CHispa, un programme de réflexion sur la ré-exploitation des données que nous avons appelé ULISES. L’objectif de cette proof of concept est d’imaginer un système -ou une chaine de traitement- liant l’exploitation, la valorisation et la préservation de données numériques.

Pour cela, nous partons d’un corpus d’archives qui ont été digitalisées et éditées sur notre plateforme d’édition de manuscrits modernes, e-Man (la plateforme a été développée dans le cadre du programme ANR CHispa). Nous partons donc de données numériques déjà disponibles.

Le corpus qui sera étudié est celui de la pièce de théâtre El regreso de Ulises, tous les états génétiques de cette pièce sont consultables en ligne de même que les différentes pièces du dossier génétique (en cours d’organisation, mais déjà consultable grâce aux mots-clés). Ces archives et manuscrits ont été numérisés et encodés selon les recommandations et l’état de l’art des différents domaines. Les droits d’exploitation et de diffusion de ces données ont déjà été gérés avec les ayants-droits héritiers de ces archives et les institutions de Montevideo (Uruguay) qui hébergent toutes les sources que nous utiliserons pour l’expérience notamment le CIDDAE (Centre d’archives du Théâtre Solis), la Comedia Nacional et le SODRE (Le SODRE -Servicio Oficial de Difusión Radio Eléctrica- à la fois institution de diffusion radiophonique et lieu de spectacles).

Pour cette étude de cas, CHispa s’est proposé de suivre tout le processus de remise en scène de la pièce. Pendant trois années, 2015, 2016 et 2017, CHispa suit en temps réel la re-création d’une oeuvre, depuis les phases de prospection (processus « provisionnels », « exploratoires », De Biasi, 2011, p.80-81) jusqu’à la mise en scène. L’expérience vise à exploiter les résultats du projet ANR-CHispa, à ouvrir de nouvelles perspectives de recherches au sein des Arts performatifs (théâtre, musique, danse ou tout mode d’expression lié au spectacle vivant) et à apporter des éléments de théorie à une « génétique des spectacles ».

A notre connaissance, il n’existe pas de projet ayant également pour objectif de suivre et analyser le processus de re-création d’une pièce de théâtre au moyen des outils informatiques. Nous pouvons toutefois citer des initiatives proches qui peuvent être regroupées en deux catégories : d’un côté, celles de projets qui suivent et analysent un processus de création ou de réinterprétation et, d’autre part, celles qui réfléchissent au développement des outils numériques permettant, soit la constitution d’une documentation de l’œuvre performative, soit une nouvelle approche scientifique de celle-ci.

Dans la première catégorie, nous avons pu remarquer les résultats du projet européen Crossing Stages, dirigé par l’Universidad Carlos III (Espagne) de 2013 à 2015. Il a consisté à suivre, documenter et analyser le processus de réinterprétation des mythes antiques principalement, à travers la réalisation de plusieurs performances artistiques. Plusieurs documents issus de ce processus (vidéos, photos, textes etc.) ainsi que quelques articles de chercheurs impliqués dans le projet ont été mis en ligne sur le site du projet mais peu permettent l’exploitation scientifique de ces re-créations.
Dans la seconde catégorie, concernant le développement de dispositifs numériques, nous pouvons citer les projets qui se donnés pour objectif de réunir la documentation liée au processus de création de l’œuvre performative comme la plateforme La Fabrique du Spectacle qui permet d’accéder en ligne à différentes ressources produites et collectées lors du processus de création d’œuvres théâtrales. L’existence de ce type d’espace est extrêmement utile aux chercheurs qui peuvent l’utiliser pour sa dimension documentaire et pédagogique (puisqu’il est associé à l’UOH). Une autre initiative numérique en matière de conservation de la mémoire des Arts de la scène a été lancée par Clarisse Bardiot, maître de conférences à l’Université de Valenciennes. Le logiciel qu’elle a développé, appelé Rekall, permet à l’artiste de réunir autour d’un document vidéo timeline, les documents qu’il a produits au cours du processus de création d’une œuvre dramatique contemporaine. Le logiciel permet d’archiver les documents tout au long de la démarche créative, mais n’offre pas encore la possibilité d’intégrer une documentation déjà composée de patrimoines numérisés comme c’est le cas des pièces publiées par des bibliothèques virtuelles comme Gallica (qui exporte ses métadonnées en différents formats) ou de la plateforme e-Man qui édite, sous Omeka, des archives numérisées d’écrivains avec des métadonnées en Dublin Core et XML. Nous n’oublions pas de citer le projet Spectaclesenligne(s) qui a pour objectif de donner accès à différents publics à un corpus original de captations de répétitions de théâtre et d’opéra, au travers de dispositifs numériques innovants. Il permet au chercheur d’annoter de façon précise des vidéos grâce au logiciel Opensource « Lignedetemps ».

Il existe encore d’autres dispositifs numériques actuellement en cours de développement et qui n’ont pas été conçus spécifiquement pour la recherche scientifique autour des Arts performatifs, mais qui peuvent offrir des perspectives d’analyse et de réflexion tout à fait intéressantes. C’est le cas de la VisualTek par exemple, une bibliothèque d’applications informatiques composée de trois outils logiciels (Ikonikat, Coddeix, V-Atlas) qui ont été développés dans le cadre du programme ANR-VISUALL porté par Mathias Blanc (IRHiS-CNRS) et hébergé par le Plateau SCV (Sciences et Cultures du Visuel / Imaginarium de Tourcoing). Enfin, certains langages XML destinés à l’édition électronique des textes offrent également des possibilités certaines de valorisation des données numériques issues des Arts performatifs notamment avec l’encodage des documents en TEI/XML (Text Encoding Initiative) qui permet de mettre en relief les aspects que le chercheur considère comme spécifique aux textes de théâtre et qui sont regroupés dans un schéma XML appelé Drama, spécifique au théâtre.

Cet état des lieux « technique », dorénavant nécessaire dans les projets scientifiques impliquant l’utilisation d’outils informatiques, constitue également une « webothèque » critique (nous testons l’efficacité des outils, en lien avec la question scientifique, en associant approche expérimentale et théorique) qui montre combien il est pertinent de réfléchir aux moyens de convergence entre les ressources numérisées (quels que soient leurs statuts antérieurs) et le développement de dispositifs numériques, comme ceux que nous venons de citer, ou de fonctionnalités susceptibles d’enrichir ceux qui existent. Seule la combinaison des deux dimensions facilite l’exploitation scientifique et apporte de nouveaux résultats scientifiques.

  • El regreso de Ulises

Comme indiqué plus tôt, l’action de recherche utilise un corpus exemplaire : celui de Carlos Denis Molina et plus particulièrement l’une de ses pièces de théâtre El regreso de Ulises. La pièce fut jouée pour la première fois en 1948, à Montevideo. Elle raconte le retour d’Ulysse au domicile conjugal après une longue absence et les impossibles retrouvailles avec son épouse. Cette œuvre présente plusieurs intérêts pour la recherche :

  • d’abord, elle est un exemple de « transfert culturel » et de circulation d’un type de modèle de théâtre des années quarante et cinquante, entre la France et les Amériques: le théâtre mythologique. Ce courant a été remis au goût du jour à partir des années vingt en France et diffusé en Amérique latine via les tournées de Louis Jouvet et de sa compagnie l’Athénée notamment,
  • ensuite, parce qu’elle apporte des exemples aux réflexions actuelles sur le retour/recours au mythe dans les contextes de crise ou de contraintes: il semble que celui-ci offre aux artistes un cadre universel et décontextualisé  pour observer, de façon distanciée, les événements récents, voire exprimer à mots couverts un point de vue politique et contourner ainsi la censure.
  • enfin, comme nous disposons du dossier génétique de cette création originale (voir ici), nous pouvons observer une genèse complète.
  • ULISES « revient »

Notre proposition consiste à suivre la remise en scène cette œuvre à la fois pour valoriser les archives diffusées dans le cadre du projet ANR-CHispa, mais également pour ouvrir le travail à de nouveaux horizons scientifiques. Pour cela, nous nous sommes associés à une metteur en scène uruguayenne contemporaine et de renommée internationale, Sandra Massera. Née en 1956, elle a obtenu trois fois le prestigieux prix Florencio Sánchez qui récompense (comme le prix Molière en France) les meilleurs dramaturges. La qualité des travaux de Massera se caractérise par la précision de ses textes et leur profonde dimension poétique tandis que ses mises en scène se construisent autour d’une préparation minutieuse des acteurs, d’un travail corporel et gestuel, d’une symbolique renouvelée des objets et d’une scénographie élaborée.

A l’occasion du centenaire de la naissance de Carlos Denis Molina (1916-1983), nous organisons, avec elle, la remise en scène de ce spectacle dont la représentation finale aura lieu en Uruguay, à Montevideo, fin octobre 2016. Le spectacle reviendra ensuite en France, en 2017. A cette fin, Sandra Massera a proposé de travailler selon les jalons suivants, jusqu’à la première du spectacle :

  • lecture publique de fragments de la pièce (Montevideo, octobre 2015),
  • lecture-performance le 31-03-2016, à Valenciennes (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis)
  • « Master-Class » à la Plaine Images de l’Imaginarium de Tourcoing (Partenaires : MESHS et CECILLE)
  • Atelier de recherche créative et artistique à l’INAE (Instituto Nacional de Artes Escénicas – Partenaire : EMAD), octobre 2016
  • 18&19 octobre : représentation de la pièce (Sala Verdí, Montevideo) ; 20 novembre (SODRE, Montevideo)
  • 2017 : tournée en France

Sandra Massera travaille ses pièces en différents temps bien différenciés : elle réalise d’abord une approche corporelle du texte basée sur différents exercices et tests avec ses acteurs et praticiens avant de s’engager dans un protocole de répétitions plus classique. Elle s’inspire ainsi de l’approche esthétique de l’historien de l’art Kenneth Clark et Césare Brandi en distinguant distingue deux représentations possibles du monde : une vision naturaliste et une vision symbolique. Il faut également ajouter à cela une certaine dimension co-créative de son travail puisque son mari, Carlos Rehermann, romancier et auteur de pièces de théâtre, est très impliqué dans ses travaux : Sandra Massera a d’ailleurs plusieurs fois mis en scène les œuvres de ce dernier et lui-même participe notamment à la création scénographique des pièces de sa compagne.

Nous suivons et documentons ce processus de re-création. Pour cela, Sandra Massera a accepté de relever le défi de ce travail de recherche-action et nous autorise à collecter les documents et traces de son travail. Actuellement, nous recueillons différents types de sources. Celles-ci sont manuscrites, iconographiques et numériques, il s’agit de :

  • des dessins, des notes,
  • des photos,
  • des mails, messages sur facebook, WhatsApp, etc.

Par exemple, ce dessin illustrant la première proposition de scénographie de Sandra Massera :

escenografia-ulises-250-400

Crédits: Carlos Rehermann.

Nous enregistrerons les étapes performatives et enrichirons notre collecte de sources de vidéos.

Le traitement des données collectées

Cette rubrique sera évidemment enrichie au fil de l’expérience mais en voici toutefois les étapes clés :

  • d’abord nous demandons aux artistes engagés de conserver toute leur documentation (documents écrits, sonores, visuels) afin de l’exploiter dans nos travaux d’analyse. En effet, Sandra Massera a commencé à travailler sur cette pièce, elle a formulé une série de propositions artistiques liminaires et régulièrement, mais sans interrompre la spontanéité de leurs travaux de création, nous recueillons ces données et les archivons;
  • ensuite, nous ouvrons une collection Sandra Massera sur la plateforme d’édition e-Man, pour y publier les premières sources « papiers » qui sont numérisées. Éditées sur ce site, elles nourrissent le dossier de genèse de El regreso de Ulises;
  • parallèlement, nous collectons toutes les données numériques: photos, vidéos, enregistrement audios, l’ensemble est organisé et traité en vue de l’exploitation.
  • L’exploitation est organisée, pour l’instant, à l’aide des outils que nous avons repéré à l’occasion de notre état de l’art. Nous verrons dans quelques temps si un développement informatique doit être envisagé. Ainsi, nous organisons parallèlement un cycle de travail composé de tests expérimentaux et de journées d’étude lors desquelles nous partageons nos retours d’expérience. Nos retours sur les tests de logiciels: Rekall, Lignedetemps, Omeka et de la boîte à outils de la Visuall-Tek sont publiés sur ce carnet, dans la rubrique On a testé pour vous…

Nous vous invitons à nous suivre dans cette expérience ….. « étincelante » !

Cécile Braillon-Chantraine, Fatiha Idmhand